Bienvenue !

Ce blog est est animé par l’équipe du séminaire Radios et Télévisions en Afrique: Anciens Objets, Nouvelles Approches, organisé à l’Institut des mondes africains (IMAF) sur le Campus Condorcet à Aubervilliers. Au-delà de la présentation du séminaire, il se veut une plateforme de mise en valeur des cultures radiophoniques et télévisuelles du continent, ainsi que de présentation et de débats des recherches scientifiques qui y sont consacrées.

Salle de rédaction, Radio One, Kampala, Photo FBF

À l’ère numérique, radio et télévision continuent à jouer des rôles clefs dans les dynamiques culturelles, sociales et politiques des sociétés africaines, rurales et urbaines. Au-delà de la circulation de l’information, le recours à ces media a façonné les subjectivités politiques et constitué un espace unique d’expression individuelle et collective sur plusieurs générations. Loin d’être démodée, l’étude de ces médias est plus que jamais d’actualité : d’une part pour recueillir des traces matérielles et discursives de l’histoire récente des sociétés africaines, et d’autre part pour comprendre des situations présentes caractérisées par l’existence de différentes strates médiatiques, dans des pratiques qui combinent souvent « anciens » et « nouveaux » médias.

Interprétation de rêves d’auditeurs, Radio Jamana, Mopti, 2008. Photo Cécile Van den Avenne

En outre, elle bénéficie ces dernières années d’un renouvellement épistémologique majeur. Les médias africains ont longtemps été approchés sous un registre normatif : on déplore souvent leur « manque de professionnalisme », leur influence dans « l’exacerbation des identités ethniques » ou on célèbre au contraire leur rôle dans le « développement » et la « pacification » sans pour autant en réaliser une anthropologie ou une sociologie historique qui permettent de révéler de quelles dynamiques économiques, sociales, politiques et culturelles ils sont le révélateur, voire le catalyseur. À rebours de cette tendance, ce blog et le séminaire entendent donner la part belle à des travaux permettant de rendre justice à la richesse et à la complexité des productions médiatiques qui se déploient et se sont déployées sur le continent. Nous sommes particulièrement intéressées par les thématiques suivantes : les dimensions genrées de la production médiatique ; la question de langues et la stabilisation de genres vernaculaires ; le rapport à l’État, à l’exercice du pouvoir, aux idéologies variées du développement ; l’insertion dans les réseaux transnationaux d’aide, d’advocacy mais aussi dans le capitalisme mondialisé de la culture et de la technologie. Nous serons attentives aux questions de méthodes et de réflexivité sur l’enquête : ainsi nous traiterons de question du recours aux archives, dans des fonds publics et privés, et de leurs usages dans l’enquête, et nous inciterons les intervenant.e.s à la présentation de leurs démarches, pour réfléchir notamment à la manière d’associer analyses de l’image et/ou du son aux outils plus classiques de nos disciplines (ethnographie, recherche en archives, analyses textuelles). Aïssatou Mbodj-Pouye et Florence Brisset-Foucault

A new studio at the Uganda Broadcasting Service, 1956. Source: Colonial information Service, retrieved at the British National Archives.