Histoire et mémoire de la Radio Rurale de Kayes (Mali, 1988 à nos jours)

Par Aïssatou Mbodj-Pouye

En 1988, à Kayes dans l’ouest du Mali, la première radio non-étatique du pays s’installe : la Radio Rurale de Kayes. Le régime autoritaire de Moussa Traoré autorise exceptionnellement cette station à émettre, en FM – également une nouveauté – car elle cible les populations rurales dans le contexte d’un programme de développement de la zone porté par la coopération italienne. La libéralisation des ondes après la transition démocratique de 1991-1992 donne naissance d’autres stations, dans la région comme partout ailleurs au Mali, dans une dynamique à laquelle la Radio Rurale a pris une place de choix notamment comme membre fondateur de l’URTEL (Union des Radios et Télévisions Libres du Mali).

Les “secteurs” d’intervention de la Radio Rurale, Kayes, 2019. Photo AMP

Moyen de communication privilégié dans une région excentrée où les circulations sont difficiles, la radio a été un instrument de collecte des traditions locales, de formation des populations à travers des émissions d’alphabétisation et des programmes didactiques, de création culturelle avec l’enregistrement de groupes de musique, et d’innovation linguistique et intellectuelle. Connectée à un large réseau d’acteurs régionaux et nationaux, elle a aussi su jouer des connexions transfrontalières avec le Sénégal et la Mauritanie voisins notamment, et de son insertion dans un espace diasporique de part l’implication initiale d’émigrés et migrants de retour, constitués en associations qui sont jusqu’à aujourd’hui centrales dans l’administration de la station.

Depuis 2017, je m’intéresse à l’histoire de cette radio dans le cadre d’un projet de recherche plus vaste sur les perspectives locales sur la mobilité basé à l’Institut des mondes africains (IMAF) et à Point Sud, Bamako. L’enjeu est d’identifier des espaces au sein desquelles les questions de migration, les enjeux du départ et du retour éventuel, sont évoquées, parfois débattues, dans les langues vernaculaires et en fonction des enjeux du moment. Ces espaces d’énonciation « locaux », dont la radio constitue un bel exemple, sont bien sûr traversés de références à des cadres plus vastes, tels que l’injonction patriotique à développer son pays ou les discours actuels de prévention de l’émigration dite « clandestine ». S’y expriment des points de vue très différents d’un contexte historique à un autre, et selon la position sociale, et notamment le statut de migrant ou non, de celles et ceux qui y interviennent.

A partir d’entretiens enregistrés avec le personnel de la radio (animateurs, techniciens, journalistes, experts maliens et étrangers), encore actifs sur place ou désormais loin de la station, j’étudie le contexte qui a vu la naissance de la radio : contexte politique, technologique et social. Je me penche notamment sur les pratiques et les trajectoires des animateurs et animatrices de la première heure, particulièrement cruciaux pour développer le travail de terrain indispensable à la démarche de production radiophonique retenue par la Radio Rurale de Kayes. L’étude fait aussi la part belle aux publics naissants de la radio, ruraux et urbains.

Dans les localités couvertes par la radio, des entretiens formels ou informels avec des auditeurs et auditrices de longue date, ou encore avec des participants et participantes à certains programmes (telles que des femmes dont les performances chantées ont été enregistrées par l’équipe de la radio) offrent un aperçu plus large des dynamiques sociales et culturelles autour de la radio.

Outre les entretiens, je mobilise les archives écrites de la radio, qui constituent un fonds riche et relativement ordonné : les fiches d’émission, conducteurs, et grilles, renseignent sur les contenus diffusés ; la documentation permet de restituer le contexte intellectuel de l’époque et de situer les réseaux transnationaux dans lesquels les différents acteurs de cette histoire étaient pris ; les courriers d’auditeurs, nombreux et en différentes langages (bambara, soninké, peul, français, etc.) donnent à voir les attentes des auditeurs et auditrices et fournissent un aperçu de leurs interactions avec l’équipe, au sein de laquelle des personnalités de radio émergent.

Inégalement conservées, les archives sonores (sur cassettes pour l’essentiel) sont aussi en cours d’exploration pour enrichir ces différents volets, et je réfléchis avec l’équipe actuelle de la radio à des pistes en vue de leur meilleure conservation.

Témoin de cette dynamique de collaboration avec l’équipe, un album photographique, réalisé avec Célio Paillard, graphiste, constitue un premier support de diffusion de ce travail, et l’occasion d’échanges toujours passionnés avec les différents porteurs de cette mémoire. Les photos qui y figurent, issues des archives privées de la radio et des collections personnelles des travailleurs de la radio ou du fonds de l’ONG GAO-Cooperazione Internazionale, donnent à voir les différents états technologiques du travail de radio, et offrent un aperçu des contextes de recueil, des fêtes organisées dans les villages lors du passage de l’équipe ou encore des paysages parcourus pour réaliser une émission.

 

Liens utiles

Le site de la radio (avec la possibilité de l’écouter en ligne): https://radioruraledekayes.ml/

Le site de l’ONG GAO (qui comprend notamment des ressources filmiques documentant le contexte de création de la Radio Rurale de Kayes): http://www.gaong.org/



Citer ce billet
Aïssatou Mbodj-Pouye (2020, 3 septembre). Histoire et mémoire de la Radio Rurale de Kayes (Mali, 1988 à nos jours). Radio et télévision dans les Afriques. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/at0a

2 réflexions sur « Histoire et mémoire de la Radio Rurale de Kayes (Mali, 1988 à nos jours) »

  1. Aïssatou Mbodj-Pouye Auteur de l’article

    Depuis la publication de ce billet, j’ai publié un article sur l’histoire de la radio:
    Mbodj-Pouye, A. (2021). RADIO AND THE ROAD: INFRASTRUCTURE, MOBILITY, AND POLITICAL CHANGE IN THE BEGINNINGS OF RADIO RURALE DE KAYES (1980–EARLY 2000s). The Journal of African History, 62(1), 125-149.
    Vous pouvez y accéder ici sur le site de l’éditeur: https://www.cambridge.org/core/journals/journal-of-african-history/article/radio-and-the-road-infrastructure-mobility-and-political-change-in-the-beginnings-of-radio-rurale-de-kayes-1980early-2000s/F79BDC83CC6FB92D67E9B490D1E4323B
    ou bien ici: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03224043/document

    Répondre
  2. Francis Fogue

    Etude intéressant dans la mesure où elle propose une perspective nouvelle autant dans l’étude d’une station de Radio que dans l’analyse des questions de mobilité. Rares sont en effet les travaux qui dans le contexte africain ont étudié la radio sous l’angle de la mobilité ou encore les migrations à partir des discours développés dans les programmes radiophoniques. Lesquels discours peuvent permettre de psychanalyser l’imaginaire communautaire relativement à la problématique de la migration (clandestine) qui est un sujet d’actualité. Il y a toutefois un défis qu’il faudra relever: celui de la convenance qui caractérise et structure très souvent le discours médiatique sur un certain type de question. Laquelle convenance découle en grande partie de la ligne éditoriale ou de l’orientation idéologique de la station de radio, sans oublier aussi que les radios communautaires sont des producteurs d’idéologies. Bref une approche métadiscursive te sera peut être utile.
    Pour terminer, je suis intrigué par le contexte de création de la Radio rurale de Kayes. Qu’est ce qui peut avoir expliqué que le régime dictatorial de Moussa Traoré accepte la création d’une radio non-étatique à connotation communautaire avant le début du processus de démocratisation? Est ce parce qu’il était originaire de Kayes? Etait-il impliqué dans sa création? Auquel cas la dimension idéologique serait intéressante à aborder. Quel était le niveau d’implication des Italiens?
    Je sais que tu as pensé à tout cela. Je ne fais qu’exprimer des préoccupations qui me viennent à l’esprit.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.