Des femmes modèles et modernes : images des femmes de radio et de télévision dans les magazines Bingo et AWA

Par Louise Sineux

Entre les années 1950 et 1970 sont diffusés dans les territoires d’Afrique francophone plusieurs magazines culturels. Parmi eux on retrouve Bingo, fondé en 1953 par Charles de Breteuil et Ousmane Socé Diop, un mensuel illustré destiné à l’ensemble des Africains francophones ainsi qu’à la diaspora, mais également un magazine féminin indépendant, créé en 1964, à Dakar, sous la direction d’Annette Mbaye d’Erneville : AWA, la revue de la femme noire.

Ces publications se veulent symboles de modernité, le revendiquent en rappelant le caractère novateur de leur entreprise et peuvent ainsi être considérées comme des éléments du renouveau médiatique de ces années d’après-guerre – aux côtés de la radio et de la télévision. Ces différents supports sont liés et interconnectés : non seulement les sujets traités dans les magazines peuvent l’être aussi dans les émissions de radio ou de télévision mais les revues font également la promotion de ces nouveaux objets médiatiques. On retrouve enfin souvent des personnels de radio et de télévision dans les rédactions des magazines. Aussi, se constitue autour de ces différents supports un espace médiatique où circulent à la fois personnels et sujets traités.

Les deux revues s’engagent d’ailleurs à introduire auprès de leurs lecteurs des personnalités du monde de la radio et de la télévision, et mettent particulièrement en avant les figures médiatiques féminines. C’est le cas dans AWA, dont la ligne éditoriale est de valoriser les accomplissements de femmes noires, mais également dans Bingo, qui consacre au fil des années de plus en plus d’espace à ses pages féminines. Dès lors, les deux revues présentent dans leurs pages des femmes de radio et de télévision, en insistant particulièrement sur le caractère exceptionnel de ces métiers, la modernité des femmes qui les exercent et leurs rôles auprès des publics.

Les femmes de radio et de télévision sont présentées d’abord comme des modèles de réussite professionnelle, faisant alors figure d’exception. A ce titre, les femmes ayant suivi les formations du studio-école de la Société de Radiodiffusion de la France d’Outre-mer (SORAFOM), créé en 1955 par Pierre Schaeffer et André Clavé[1], sont particulièrement mises en valeur. L’exemple le plus parlant est celui d’Annette Mbaye d’Erneville, présentée à de nombreuses reprises dans Bingo en sa qualité de femme de radio. Elle fait partie de la première promotion du studio-école, son stage ayant débuté en juillet 1955. Une présence rappelée notamment dans le n°209 du magazine :

Avant d’être journaliste, Annette Mbaye a été institutrice. Ancienne élève de l’Ecole Normale de Rufisque, elle apprit le métier de journaliste au studio-école de l’OCORA [Office de coopération radiophonique, qui prit la suite de la SORAFOM en 1962]. Elle fait d’ailleurs partie de la première promotion sortie en 1955. Rentrée au Sénégal au cours de la même année, elle est l’une de celles dont on peut dire qu’elles ont participé activement à la vie nationale[2].

Au caractère inédit de la formation en radio de la jeune femme est associé son parcours scolaire déjà brillant[3]. Le magazine prête également à Annette Mbaye un rôle majeur, exceptionnel pour une femme, dans la « vie nationale » sénégalaise. Son parcours par la suite vient d’ailleurs le confirmer puisqu’elle devient productrice d’émissions puis directrice nationale des programmes de la Radiodiffusion sénégalaise.

Une dizaine d’années plus tard, c’est dans la revue tenue par « Tata Annette[4] » qu’est introduite une autre étudiante du Studio-Ecole : Sokhena Dieng. Un article qui lui est consacré dans AWA, en février 1973, explique qu’elle « tente la chance en passant le concours de l’ORTF » et qu’elle y est « admise après une sévère sélection », en 1971, insistant alors sur le talent de la jeune femme, qui, après un stage de presque deux ans « pour s’initier au métier d’animatrice de programmes radiophoniques » trouve un poste à Radio-Sénégal à son retour, et devient, ensuite la première téléspeakerine sénégalaise[5]. Elle atteindra en 1986 le poste de directrice de la télévision sénégalaise[6].

Si les parcours de ces personnages médiatiques sont présentés comme particulièrement brillants, faisant figure d’exception dans un milieu masculin, les deux revues témoignent également de la présence de femmes occupant des postes plus subalternes à la télévision et à la radio : des rôles d’assistantes qui les laissent plutôt dans l’ombre des producteurs, journalistes et animateurs. Elles peuvent cependant également prétendre à un poste de speakerine, voire d’animatrice. Cette évolution est bien souvent présentée comme liée au « charme » de leurs voix ou de leurs sourires.

L’étude des articles de Bingo introduisant des femmes de radio nous laisse percevoir que le magazine prête aux speakerines et animatrices de radio l’ambition de séduire leur auditoire – une ambition qui semble plutôt répondre à une stratégie de la part des différents radios pour obtenir une meilleure audience. Charlotte Grabli note d’ailleurs, en évoquant le cas de Pauline Lisanga au Congo, que les voix féminines étaient valorisées par rapport aux voix masculines à la radio, car considérées comme plus agréables[7].

Le succès de ces femmes auprès des auditeurs qui est mis en avant dans divers articles du magazine est attribué à ce qui est présenté comme le pouvoir de séduction de leur voix. Marianne Seck, au n° 59 est ainsi qualifiée par « sa popularité » auprès « des milliers d’auditeurs de Radio-Dakar » pour lesquels elle est « la Coqueluche » – sous-entendant ainsi l’engouement contagieux et passionné chez les Dakarois pour « sa voix chaude ». Quelques années plus tard, c’est la « jolie voix un peu rauque » d’Augustine Lingou, qui « charme les centrafricains[8] », puis en octobre 1972, la description d’Elizabeth N’Diaye, animatrice de l’émission « Midi-Musique » chez Radio-Sénégal, insiste encore une fois sur sa « belle voix qui sonne comme une musique à notre oreille[9] ». Les voix féminines sont alors valorisées lorsqu’elles ont le supposé pouvoir de charmer, séduire, adoucir les oreilles des auditeurs – participant ainsi de la reprise voire de la construction de stéréotypes de genre.

L’arrivée de la télévision renforce encore l’importance d’une supposée séduction, puisque téléspeakerines et animatrices y sont également remarquées pour leurs atouts physiques. Le magazine AWA n’hésite pas, alors, à présenter les « visages de la télévision ivoirienne » au n°11 de la revue, dans une page contenant trois portraits souriants de deux speakerines et une journaliste. Les femmes de télévision sont associées à une nouvelle forme de célébrité qui passe principalement par l’image et dans laquelle l’accent est mis sur leurs visages. Le magazine consacre également une couverture à Sokhena Dieng, en février 1973, et accompagne ensuite son interview de multiples photographies. L’article est intitulé de manière significative : « Une voix… Un sourire : Sokhena Dieng, première téléspeakerine sénégalaise » et évoque les atouts de cette femme, dont le « sourire a déjà séduit plus d’un téléspectateur ». Cette entreprise de séduction est également décelable dans les interviews de speakerines publiées dans Bingo. Elisabeth N’Diaye, interrogée en octobre 1972, indique qu’un des éléments essentiels à la radio est d’« avoir une belle voix[10] ! », tandis que Mombonge Nker Kemonsoy, télespeakerine zaïroise, explique dans le n°237 :

Notre métier est beau et exigent [sic]. Pour réussir, il faut être toujours élégante sur l’écran et savoir attirer l’attention du public, car dit-on, la télespeakerine est l’hors-d’œuvre du plat principal, qui est l’émission[11].

Cette dernière métaphore est particulièrement parlante : le rôle des speakerines est bien d’annoncer et de mettre en valeur les émissions principales, généralement animées par des hommes.

Tanja Bosch note que « l’augmentation d’animatrices féminines [dans les stations de radio africaines] provient du fait que les stations ont réalisé qu’il était commercialement viable de cibler une audience féminine[12] ». Ainsi, si les animatrices d’émissions se doivent d’être charmantes et agréables, elles incarnent aussi un rôle d’exemple auprès du public féminin. S’il est présent dès le début des années 1950, ce rôle devient croissant au fil de la période. Elles se présentent alors comme une amie ou une sœur, avec laquelle on peut discuter de sujets féminins. Déjà en 1957 la chroniqueuse Marianne Seck « parle à ses auditrices de soins ménagers » et « d’éducation des enfants[13] ». A partir de 1965, c’est Annette Mbaye d’Erneville qui présente une émission féminine en wolof intitulée : « Jigeen ñi degluleen ! … Wakhetane-vi Yeena ko Mom ! » (« Femmes, écoutez !… Cette causerie vous est destinée »). En 1973, le personnage de Sokhena Dieng est présenté dans l’article qu’AWA lui consacre comme une « jeune fille de chez nous », auxquelles les Sénégalaises peuvent s’identifier et en laquelle les auditrices ont confiance :

Le succès de Sokhena Dieng se mesure au volumineux courrier qu’elle dépouille et qui prouve que les sujets abordés et les thèmes de réflexion proposés – mariage mixte, problème des castes, la mère célibataire, le planning familial, la polygamie, les enfants confiés etc… etc… – sont toujours d’actualité et intéressent les Sénégalais[14].

Finalement, les animatrices d’émissions féminines telles qu’elles sont présentées dans les articles des magazines semblent occuper le même rôle que tient la « Madame Afrique » de Bingo[15], tenant salon et proposant des réflexions et discussions sur des sujets considérés comme proprement féminins.

Cette notoriété des femmes de radio et de télévision est également renforcée par les frontières poreuses existant entre les divers mondes des médias ainsi qu’avec le milieu du spectacle. Les « vedettes » renforcent leur célébrité en opérant des ponts avec les autres milieux artistiques ou médiatiques et incarnent ainsi des modèles de réussite pour les auditrices, spectatrices et lectrices.

AWA, dans un dossier consacré à « La femme noire et l’art », en janvier 1966, témoigne de ces liens : la revue y mêle chanteuses, actrices de cinéma et de théâtre, et femmes de télévision ou de radio. Ainsi, l’actrice Marpessa Dawn est-elle présentée aux côtés d’une speakerine et animatrice de télévision, Merry Sane, tandis qu’aux côtés de la chanteuse « vedette » Aminata Fall, on retrouve Nicole Rigonaux. Cette dernière est un bon exemple d’entremêlement des carrières puisque le magazine nous explique que « très appréciée des auditeurs de Radio-Sénégal, [elle] fait ses premiers pas dans la chanson[16] ». Ce mouvement, depuis la radio vers la chanson, n’est d’ailleurs pas récent. Charlotte Grabli explique en effet que le rôle de Pauline Lisanga à la Radio Congo belge pour Africains (RCBA) a pu favoriser sa carrière musicale, notamment en raison des liens étroits entretenus avec les maisons de disques, et qu’en produisant des chansons, elle ajoute alors une nouvelle dimension à sa célébrité médiatique[17]. Il semble en être de même pour Nicole Rigonaux, qui a pu voir dans sa popularité auprès des auditeurs, un tremplin vers une carrière musicale à succès.

La célébrité gagnée dans le monde des arts et du spectacle peut également être un moyen pour les femmes de passer de l’autre côté de la sphère médiatique. C’est le cas de la chanteuse Moune de Rivel qui met à profit sa carrière musicale pour intégrer les pages de Bingo. Lors de sa première rubrique « Courrier du cœur », une double page consacrée à sa carrière dans le monde du spectacle est accompagnée du slogan : « Moune de Rivel qui a tant chanté l’amour, répondra désormais dans BINGO au Courrier du Cœur[18] ». Son parcours professionnel et cette capacité à « chanter l’amour » en font, selon la revue, la candidate idéale pour ce poste. A ces aspects, il convient d’ajouter le cosmopolitisme de cette vedette : née à Paris de parents guadeloupéens, elle est familière des mouvements panafricanistes, proche de la communauté noire de New York où elle a travaillé, et a fait de nombreuses tournées en Europe et en Afrique. Ce parcours renforce l’adéquation du profil de Moune de Rivel avec les ambitions du magazine, sous-titré « le mensuel du monde noir ». Le magazine engage donc la chanteuse pour jouer le rôle de modèle, ce qui se voit confirmé lorsqu’elle incarne ensuite « Madame Afrique » pour le magazine féminin de la revue. Si Moune de Rivel voit sûrement dans ce travail un complément de carrière intéressant, Bingo y trouve également son compte : obtenir la participation d’une « vedette » aux pages féminines du magazine apparaît être un bon moyen de fidéliser le lectorat. Moune de Rivel semble apprécier ce type de projet, puisqu’elle s’engage également dans les cahiers « femmes d’Afrique », créés par l’OCORA à destination des animatrices des émissions féminines des stations africaines, à la composition et l’interprétation des « chansons éducatives » destinées aux radios africaines. Ainsi fait-elle partie, durant ces années, du paysage médiatique africain via trois médias différents : la chanson, la radio et la presse magazine.

Les présentations des femmes de radio et de télévision dans les magazines AWA et Bingo participent donc à faire de ces femmes des ambassadrices d’une forme de modernité et des exemples de « femmes modèles », à travers plusieurs aspects : l’appartenance à une forme d’élite culturelle liée à une éducation et une formation assez élevées, la présence au sein de médias et d’objets technologiques particulièrement nouveaux, le « charme » d’une « voix douce » et d’un sourire radieux associé à de solides connaissances sur la manière de tenir un foyer, et, enfin, l’implication dans des carrières médiatiques en lien avec le monde du spectacle et de la chanson.


[1] Pour en savoir plus, lire l’article de Thomas Leyris publié précédemment sur ce blog : « ‘Servir en tous points du réseau’ ? Les circulations des agents Africains de la Société de Radiodiffusion de la France d’Outre-mer au temps des décolonisations (1958-1962) ».

[2] « Annette Mbaye », Bingo, n°209, juin 1970, p. 51.

[3] Pour en savoir plus sur l’école normale de Rufisque et les parcours de ses anciennes élèves, lire Barthélémy Pascale, Africaines et diplômées à l’époque coloniale, (1918-1957), Presses Universitaires de Rennes, 2010.

[4] Les Sénégalais attribuent ce surnom à Annette Mbaye d’Erneville.

[5] « Une voix… un sourire : Sokhena Dieng, première téléspeakerine sénégalaise », AWA, n°3 de la nouvelle série, février 1973, p. 24.

[6] Diagne Rokhaya Oumar et Diagne Souleymane Bachir, « Annette Mbaye d’Erneville, femme de communication », Présence Africaine, premier semestre 1996, nouvelle série n°153, p. 93-101.

[7] Grabli Charlotte, « Pauline Lisanga : la première voix du Congo moderne ? », présentation dans le cadre du séminaire « Radios et télévisions dans les Afriques » organisé par Florence Brisset-Foucault et Aïssatou Mbodj-Pouye, 9 novembre 2020.

[8] « Cette voix qui charme les Centrafricains », Bingo, n°148, mai 1964, p. 42-43.

[9] « Madame Afrique métiers : Elisabeth N’Diaye, animatrice de Radio Sénégal », Bingo, n°237, octobre 1972, p. 70.

[10] Ibid.

[11] « Madame Afrique métiers : Mombonge Nker Kemonsoy, le succès d’une téléspeakerine », Bingo, n°262, novembre 1974, p. 73.

[12] Bosch Tanja, « Women as Radio Audiences in Africa », in Carter, L. Steiner et L. MacLaughlin (éds.), Routledge Companion to Media and Gender, Routledge, New York, 2013 : “Moreover, the increase in women presenters arose from stations’ realization that it was commercially viable to target a female commodity audience”, p. 516.

[13] « Parlons un peu d’eux », Bingo, n°59, décembre 1959, p. 33.

[14] « Une voix… un sourire : Sokhena Dieng, première téléspeakerine sénégalaise », AWA, n°3 de la nouvelle série, février 1973, p. 24.

[15] Bingo intitule sa rubrique féminine de la sorte. Celle-ci est tenue par une « Madame Afrique ». Marie-Thérèse Rouïl, puis Moune de Rivel, occupent cette fonction successivement entre les années 1960 et 1970.

[16] « La femme noire et l’Art – Télévision, radio », AWA, n°15, janvier 1964, p. 29.

[17] Grabli Charlotte, « Pauline Lisanga : la première voix du Congo moderne ? », présentation dans le cadre du séminaire « Radios et télévisions dans les Afriques » organisé par Florence Brisset-Foucault et Aïssatou Mbodj-Pouye, 9 novembre 2020.

[18] « Moune de Rivel, qui a tant chanté l’amour, répondra désormais dans BINGO au Courrier du Cœur », Bingo, n°94, novembre 1960, p. 18.

Ce billet reprend des éléments du mémoire de Louise Sineux “Renouveaux médiatiques, figures féminines et images de la modernité. Etude de deux magazines sénégalais entre les années 1950 et 1970 (Bingo, AWA)”, Master 2 Histoire de l’Afrique contemporaine, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, dirigé par Anne Hugon et soutenu en septembre 2021


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.